La semaine dernière, à l’occasion des 5 ans de FON, j’ai eu la chance de gagner une Fonera SIMPL, le dernier routeur wifi de la communauté dévoilé fin 2010. Après quelques jours d’attente, j’ai fini par recevoir mon prix et aujourd’hui, je vous présente donc son déballage et mes pemières impressions.

FON et son concept

FON si vous ne connaissez pas, est une communauté née voilà quelques années en Espagne et qui a pour but de promouvoir le wifi gratuit dans le monde entier. Le concept est simple : si vous êtes intéressé et voulez apporter votre pierre à l’édifice, il suffit d’acquérir un routeur de la marque : une Fonera. Vous la branchez sur votre box ADSL et c’est tout ! En faisant celà, votre Fonera va émettre un nouveau réseau wifi public qui sera accessible :

  • gratuitement aux autres membres de la communauté (ceux qui partagent également une connexion internet donc)
  • moyennant finance pour les gens qui sont simplement de passage et ne partagent pas de connexion internet via FON .

Notez au passage que vous empochez 50% des gains générés par votre Fonera. Bien sûr, en échange de votre partage de connexion, vous pourrez vous aussi vous connecter sur tous les hotspots FON du monde (là on vient de passer les 3 millions au compteur !).

La Fonera SIMPL : Packaging

Retour sur l’objet du jour : la Fonera SIMPL. Le packaging est simple mais bien fait. On retrouve sur la boîte quelques rappels sur le concept de FON ainsi que les caractéristiques de l’appareil.

Le packaging de la Fonera

La Fonera SIMPL : au déballage

A l’ouverture, on va à l’essentiel et on y trouve :

  • un guide de démarrage rapide
  • un autocollant pour signaler aux passants la présence de votre réseau wifi public
  • l’adaptateur secteur de la Fonera
  • un câble ethernet plat (pratique pour passer sous les portes !)
  • la fonera bien sûr, emballée dans divers films de protection
La Fonera SIMPL et ses accessoires déballés

La Fonera SIMPL : en détails

De prime abord, j’ai été très agréablement surpris par la compacité de l’objet et sa qualité de finition : il s’agit là d’un bel objet.

La Fonera SIMPL vue d'ensemble

En s’attardant sur l’arrière de l’appareil, on y trouve seulement 3 prises et la petite antenne. En détail cela donne :

  • un  port éthernet pour relier la Fonera à votre box ADSL
  • un port éthernet pour y connecter votre ordinateur (facultatif)
  • la prise d’alimentation qui prend en entrée du 5V pour une intensité de 1A.
La Fonera SIMPL (connectique)

La Fonera SIMPL : une antenne amovible

Pour beaucoup ça n’est qu’un détail, pour d’autres cela fera toute la différence : l’antenne wifi de la Fonera est détachable au cas où vous voudriez la remplacer par une de meilleure facture, plus puissante. Le connecteur de l’antenne est au format RP-SMA. J’en profite pour signaler que la Fonera SIMPL est un routeur Wifi à la norme N, qui peut donc atteindre une vitesse de 150Mbit/s (par opposition au Wifi B 11Mbit/s et au WIfi G 54Mbit/s). Si vous râlez donc régulièrement quant à la vitesse de votre réseau Wifi ou sa couverture, la Fonera SIMPL pourra probablement vous permettre d’améliorer les choses à ce  niveau.

La Fonera SIMPL (sans antenne)

La Fonera SIMPL : mes premières impressions

Je trouve que FON signe là une petite réussite : la Fonera est agréable à l’oeil, se configure très simplement et si elle tient ses promesses niveau performance, on pourra peut-être parler d’un quasi sans-faute. Si je dis « quasi » c’est avant tout car je me pose une question de taille quand à notre législation franco-française et en particulier la tristement célébrissime loi HADOPI.

En effet la Fonera ne semble pas bloquer le P2P, et bien que FON annonce tout de même conserver l’historique des connexions effectuées depuis la Fonera, je ne peux m’empêcher de  me demander ce qui se passera si un membre FON se retrouve mis en cause pour un téléchargement illégal effectué depuis son réseau wifi public ?

La Fonera SIMPL n’en est qu’à ses début, mais j’espère de tout coeur que FON permettra de clarifier la situation à ce niveau là, peut-être en étoffant les options de configuration de son routeur…


Quelqu’un frappe à la porte : une jeune voisine qui souhaiterait profiter de ma connexion internet en échange de quelques euros par mois. Dois-je accepter ? Refuser ? Quels sont les risques ? C’est en substance ce que m’a demandé une amie, hier par sms.

Ce genre de situation vous est peut-être familière si vous habitez en immeuble et je me disais que quelques petits éclaircissements sur le sujet en intéresseraient certainement plus d’un…

D’un point de vue matériel

C’était la préoccupation première de mon amie : « Si je partage ma connexion, va-t-elle ramer ? » En fait ça dépend de deux choses : le débit disponible sur la ligne ADSL et l’utilisation que vous (et votre voisin le cas échéant) en faites.

Tout d’abord, pour connaitre son débit, il suffit de se rendre sur le site de speedzilla qui vous donnera une estimation de votre débit (attention cela peut fluctuer en fonction du moment de la journée). Si vous vous contentez de surfer sur internet (web, mail, streaming audio et un peu de vidéo SD) je considère qu’un débit d’1Mbit/s par personne permet de surfer correctement (donc par exemple 3 personnes se partageant une connexion avec un débit de 3Mbit/s). Après forcément, si certains se mettent à télécharger via du P2P (Emule, bittorent etc…) c’est une autre paire de manches.

D’un point de vue sécurité

En général, quand vous partagez votre connexion avec un voisin, la pratique la plus souvent mise en œuvre est le partage de la clé WEP/WPA de votre réseau wifi. Dans cette configuration, la machine de votre voisin est considérée comme partie intégrante de votre réseau local et a donc accès à toutes les ressources que vous partagez (bibliothèque iTunes, répertoires réseaux partagés, périphériques multimédias DLNA etc…). Notez que cela marche aussi dans l’autre sens :) Par conséquent, faites attention à ce qui « traine » sur votre réseau.

D’un point de vue légal

Là c’est plus simple : c’est illégal. Vous ne pouvez pas fournir une connexion internet à des individus extérieurs à votre foyer sans quoi vous prenez le statut de Fournisseur d’Accès Internet avec toutes les obligations que cela comporte. De plus, généralement, les CGV de votre opérateur interdisent purement et simplement cet usage.

A tout cela s’ajoute le fait qu’avec cette très chère loi Hadopi, si un voisin se fait « flasher » en train de télécharger illégalement avec votre connexion c’est vous qui serez incriminé par la Haute Autorité, et donc vous qui risquez une amende et une suspension de ligne ADSL.

Avant d’envoyer balader votre voisin

C’est sûr, vous êtes sympa, et elle n’a pas l’air méchante cette jeune fille. En dépit de ces avertissements vous lui donnerez peut-être votre clé WEP/WPA pour qu’elle puisse envoyer des e-mails à ses parents. Sachez que si vous changez d’avis, le plus simple restera de changer de clé WEP/WPA pour lui couper tout accès. De plus, si vous avez des doutes sur l’utilisation qui est faite de votre ligne,  vous devez savoir qu’avec les équipements « traditionnels » des FAI français (freebox, neufbox, livebox etc…) vous ne pourrez pas auditer votre connexion (et donc savoir d’où vient le problème) et encore mieux : il serait illégal de surveiller les agissements numériques de votre voisin, quand bien même il s’agirait de votre ligne ADSL ! A bon entendeur…

Ceux qui partagent leur connexion, parfois sans le savoir

Si vous êtes abonnés SFR et Free, vous possédez probablement une Neufbox (pour SFR) ou une Freebox (pour Free). Sachez que par défaut, elles émettent, en plus de votre réseau wifi privé, un réseau wifi public portant le nom FreeWifi (pour Free) et NeufWifi/SFRWifi/NeufWifiFON/SFRWifiFON (pour SFR). Ces réseaux sont accessibles aux autres abonnés du même opérateur qui passeraient dans le coin. Sachez que ces réseaux sont bridés (le P2P est bloqué) et isolés de votre réseau privé, par conséquent ce type de partage ne met pas en péril votre propre réseau. Ces réseaux publics sont également désactivables mais vous perdrez alors la possibilité de vous connecter chez les autres abonnés (normal, non ?).


Dropbox, c’est le dernier service sur lequel je suis tombé ce matin. Vous êtes probablement tombé dans cette situation : ça y est, vous êtes motivé, enfin décidé à refaire votre CV entamé depuis une semaine… Malheureusement votre ébauche se trouve sur l’ordinateur du bureau alors que vous êtes déjà chez vous. Alors que faire ? Repartir de zéro ou attendre le lendemain pour récupérer le précieux fichier ? Si vous ne souhaitez plus avoir à vous poser cette question, alors il est peut-être tant d’utiliser un espace de stockage en ligne.

Lire la suite de