ReelaPi : Une radio des 50s sous stéroïdes

Cet article fait partie de la série Reelapi (2 articles au total)

For international readers, a small explanation in english of this weekend project will follow at the end of the article

Aujourd’hui je viens de franchir une belle étape dans un projet dont je souhaitais vous parler depuis un petit moment ! Au détour d’un vide grenier je suis tombé sous le charme d’une très vieille radio, un poste TSF à lampes de la marque « Reela » : le Dauphin 7 Luxe. En piteux état, cette radio de 1956 était hors service depuis plusieurs dizaines d’années (une partie de l’électronique ayant brûlé).

Une restauration impossible

Un peu d’huile de coude aura suffit pour redonner un bel aspect à cet appareil d’antan. Malheureusement, malgré les conseils de passionnés, mon manque de compétences en la matière et la documentation inexistante m’ont empêché de restaurer l’électronique d’origine pour redonner de la voix à cette radio…

Transformation !

A croire que mes passages au L@Bx auront contaminé mon esprit, une idée m’est venue pour que cette radio puisse retrouver son rôle d’origine (avec quelques améliorations en bonus) : remplacer l’électronique d’origine par un montage un peu plus actuel, à base de RaspberryPi, cet ordinateur low cost !

Pour ce projet, j’ai eu besoin des choses suivantes :

  • Un RaspberryPi (35€)
  • Une carte SD 8Go (8€)
  • Une clef USB wifi (10€)
  • Une alimentation 5V / 2A (récupérée sur un graveur CD externe HS)
  • Un circuit d’amplification mono (8,5€ sur eBay)
  • Un haut parleur (récupéré dans une vieille enceinte SONY)
  • Une vieille radio aphone (5€)
  • Divers câbles à sacrifier (récupérés au fond d’un tiroir)
Matériel nécessaire

Matériel utilisé avec de haut en bas : le RaspberryPi, l’ampli, le haut parleur et l’alimentation 12V/5V

 

Réalisation « matérielle »

J’aurai bien du mal à vous faire un guide étape par étape de ce que j’ai fait tant j’ai fait / défait / refait/ re-défait etc… mais je vais décrire les points qui pourraient vous intéresser si vous souhaitez faire de même (ou mieux !).

Nettoyage

Pour mener à bien ce projet, j’ai dû retirer les composants existants (que j’ai conservés, si un amateur en a besoin je les lui cède avec grand plaisir), et dégager tout ce que le temps avait accumulé en 50 ans (poussière, toiles d’araignées etc…). Je n’ai laissé que les ampoules d’éclairage, et le mécanisme à base de ficelle que les amateurs connaissent bien qui régit le déplacement de l’aiguille des stations sur le cadran de la façade.

L’alimentation

J’avais d’abord choisi cette alimentation car elle fournissait deux tensions différentes : 5V et 12V. J’ai donc commencé en alimentant le RaspberryPi en 5V et l’ampli en 12V. Tout fonctionnait correctement mais le volume était BEAUCOUP trop fort. J’ai donc fini par tout brancher en 5V, et je trouve que la plage de volume disponible est désormais bien mieux étalonnée. Je pense donc à remplacer mon alim par une autre, plus adaptée et qui ne fournira que du 5V.

Les boutons de la façade

Je souhaitais conserver l’usage des boutons de la façade, notamment le volume. C’est, entre autres, ce souhait qui a guidé le choix de mon ampli. J’ai en effet opté pour un modèle qui intègre un potentiomètre avec interrupteur. L’axe du potentiomètre étant plutôt court (12mm), il a fallu bricoler une « rallonge » avec un tube d’acier qui traînait pour arriver aux 40mm nécessaires pour pouvoir fixer le bouton de la façade dessus.

Le potentiomètre de l'ampli et sa "rallonge"

Le potentiomètre de l’ampli et sa « rallonge »

Passage du stéréo en mono

Du RaspberryPi, le son sort via la prise jack en stéréo, il me fallait donc trouver un moyen de « mixer » les sorties gauche et droite puisque cette radio ne permet de n’installer qu’un seul haut parleur. J’ai tenté de mettre en place le circuit décrit dans cet article, pour finalement me débarrasser des résistances qui affectaient trop le volume en sortie… je sais que ce n’est pas recommandé mais mon petit ampli « rustique » semble s’en accommoder…

L’installation du haut parleur

Bien entendu, mon haut parleur ne faisait pas le même diamètre que celui d’origine (genre 1cm de diamètre en moins…), il a donc fallu bricoler de petits adaptateurs pour pouvoir réutiliser les fixations d’origine.

L’éclairage de la façade

La radio est éclairée par 2 ampoules à filament qui acceptent entre 0,3 et 6,5V . Je les ai donc reliées en parallèle sur ma ligne 5V et j’ai connecté le tout avec un des interrupteurs d’origine de la façade pour pouvoir ainsi illuminer (ou non) la radio indépendamment du reste.

Le montage de l’ensemble

Ce fut, de loin, l’étape la plus compliquée car même si le volume disponible est conséquent, la platine existante n’a pas du tout été conçue pour ça… heureusement j’ai reçu un peu d’aide de ce côté ! Le RaspberryPi a posé problème car même si ce n’est pas le cas sur les photos, je compte y mettre au final le plus vieux de mes deux raspberryPi, qui ne comporte par de trous de montage… Enfin, je ne pouvais pas le mettre trop près du haut parleur car l’aimant à l’arrière de celui-ci n’aurait surement pas fait du bien au petit ordinateur :/

Montage terminé !

Montage terminé !

Réalisation logicielle

Je souhaitais pouvoir écouter en streaming mes radios favorites ainsi que les MP3 de ma collection personnelle, et pour ça j’ai été conquis par MPD (Music Player Daemon), un petit logiciel linux, particulièrement stable et économe en ressources, exactement ce qu’il fallait pour fonctionner sur une plateforme légère comme le RaspberryPi. J’y ai également adjoint shairport : la radio est ainsi compatible avec le protocole AirPlay d’Apple ! Si quelqu’un connait un équivalent pour le protocole UPNP/DLNA je suis preneur !

Et pour piloter MPD, j’utilise MPDroid sur mon smartphone, une application android plutôt bien fichue :)

Les améliorations possibles

  • Revoir la partie amplification/HP car pour l’instant quand j’augmente trop le volume le son sature rapidement
  • Finir le panneau arrière (pour l’instant une simple planche) et y déporter le connecteur RJ45 du RaspberryPi ainsi que le port USB libre, un interrupteur général, et des voyants de fonctionnement.
  • Redonner vie à « l’oeil magique », ce fameux voyant vert présent sur les postes de l’époque pour indiquer la qualité du signal… si quelqu’un sait comment il fonctionne (du point de vue électronique) ça m’intéresse ! Mais pas dit qu’il puisse fonctionner en 5V…
  • Détourner un des boutons inutilisés de la façade pour pouvoir simuler les boutons « Previous » et « Next » de manière à pouvoir changer de station/chanson dans MPD
Le résultat final

Le résultat final

Histoire que vous puissiez voir le résultat, voici une courte vidéo !

English resume

A few months ago, i got an old radio built in 1956. The case was in good shape but the internals were burnt and unusable. I don’t know a lot in radio electronic but i like hacking stuff around me and the RaspberryPi seems to be a good candidate to restore this radio in its original purpose !
For this project i used the following parts :
  • RaspberryPi
  • SD Card
  • USB Wifi dongle
  • A small and low power mono amplifier
  • A speaker
  • A power supply providing both 5V and 12V
  • A few cables
  • An old radio to restore
I spent the weekend replacing the old electronics with these parts. For the software, i choose MPD and its android client « MPDroid » to drive the radio from my phone ! I reached my goal : my radio is now alive, remotely controlled, and able to sing both webradio streams and my personnal MP3s !

Tous les articles de la série Reelapi

ReelaPi : Une radio des 50s sous stéroïdes

16 commentaires

  1. Hello Rory !
    Quelle chance ! Je t’envie vraiment ! J’aurais vraiment aimé pouvoir l’utiliser dans sa condition d’origine… hélas le mien était vraiment en piteux état.
    Si tu repasses dans le coin, ça m’intéresse d’avoir le lien vers le sujet du forum qui va bien :)

    Alex

  2. Bonjour à tous. Je suis totalement novice dans ce secteur J’ai récuperé une radio Philips qui me semble (après recherches) être une B3F 60 A, de 1956. La personne qui me l’a donné l’avait remisée au grenier depuis ….elle ne s’en rappelle plus. Bien sur, après avoir lu la page trucs et astuces, je ne l’ai pas branchée (même sans celà, je n’aurais pas osé le faire), mais je suis un peu affolé de la procédure de contrôle des composants à effectuer Si quelqu’un connait bien ce modèle, peut-il m’indiquer la démarche à suivre pour la faire fonctionner sans ne rien endommager ( condensateurs qui explosent, électrocution…) j’ai enlevé le panneau arrière, aspiré un peu la poussière avec précaution et j’ai remarqué qu’il y avait un fil (de masse ?) partant de sous le chassis et normalement soudé sur la base du coffret où se trouve un petit trou et un oeillet metallique, mais qui était déssoudé Je pense qu’il faut bien sur le ressouder ? (ça je sait faire). Je vais essayer de joindre des photos. Commentaires et conseils bienvenus Si je vois que c’est au dela de mes capacités (restreintes). Quel coût approximatif pour une remise en état chez un pro ???? Car mon but est de m’en servir et non de la simple déco.

  3. Bonjour Alexandre,
    Ce mariage de la radio de papa et de l’informatique moderne est une idée originale ! Félicitations !
    L’oeil magique est une lampe : grossièrement, les électrons émis par la cathode viennent frapper l’anode recouverte de produit phosphorescent. La tension sur la grille permet de modifier la quantité d’électrons qui arrivent sur l’anode et donc la surface illuminée. C’est probablement un EM34 / 6AF7G (culot octal). Il lui faut du 200 à 250 V continus sur l’anode … la tension de commande : de 0 à -5 V.
    Sur Internet, voir « oeil magique (électronique) » sur Wikipedia d’abord. Dans les liens (en) il y a un japonais qui en a fabriqué un faux : voltmètre continu affichant sur une 10aine de LED vertes en demi-cercle …

    Ampli BF qui sature : l’alimentation en 5V au lieu de 12 V doit y être pour quelque chose.
    Son beaucoup trop fort en 12 V : trop fort, ou plutôt difficile à régler, càd que dès qu’on monte un peu le volume, tout sature ? indiquerait une tension trop forte en sortie du Raspberry par rapport à tension prévue pour l’ampli BF.
    Cordialement,
    JL

  4. Bonjour,

    Excellente réalisation, ça donne envie de se lancer!!!
    D’ailleurs je vais me lancer :)
    Le circuit d’ampli à l’air d’être la solution idéale pour raccorder le rpi à des enceintes, toutefois j’ai du mal à comprendre comment raccorder cet ampli à la prise jack du rpi… ?

  5. Bonjour,

    Je me lance dans l’aventure! J’ai récupéré une vielle radio ou l’enceinte marche toujours mais « l’électronique » de l’epoque non. Je ne m y connais pas beaucoup en électronique du coup j’ai quelques questions. Voici ma liste d’achat:
    – Une Raspberry Pi 2 (42€)
    http://www.amazon.fr/gp/product/B00T2U7R7I/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=B00T2U7R7I&linkCode=as2&tag=lebogdale-21
    – Carte SD de récup
    – Clé usb Wifi de récup
    – Cables de récup
    – L’alimentation j’ai trouvé ça (4€). La Raspberry est en 5V et l’ampli en 12V mais tu avais l’air de dire que 5V suffisait largement. Qu’en penses tu?
    http://www.dx.com/fr/p/5v-2a-regulated-switching-power-supply-110-220v-94518?Utm_rid=34481560&Utm_source=affiliate#.VhVyQfntlBc
    – L’ampli (9€)
    http://www.ebay.com/itm/Low-Voltage-Audio-Mono-Amplifier-Module-NJM386D-LM386-/201145413441?hash=item2ed5336f41

    un total de +-50€ et pas de frais de port.
    Est ce que les composants sont compatibles?
    Merci!!

    Alexis

  6. Bonsoir Alexis,
    Ta liste de course me semble niquel ! Ce sont exactement les pièces que j’ai utilisé dans ma version finale ! J’espère que ce projet sera à la hauteur de tes attentes et n’hésite pas à venir partager ta réalisation ici ou sur la page facebook !
    Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *