Cet article fait partie de la série Domotique (18 articles au total)

J’imagine que la nouvelle ne vous aura pas échappé : depuis fin 2014, la fondation RaspberryPi a sorti un nouveau modèle de son célèbre ordinateur miniature. Sobrement intitulé RaspberryPi 2, celui-ci présente plusieurs évolutions matérielles tout en gardant le même format, et qui plus est le même prix ! Et si pendant des mois mettre la main sur cette nouvelle version relevait du parcours du combattant (voire du combattant fortuné) les prix se sont plutôt calmés et on retrouve cette nouvelle version avec un prix qui colle davantage à celui de l’ancien modèle.

Migrer mon installation domotique

Si vous suivez ma série d’articles sur la domotique, vous savez que le RaspberryPi est au cœur de ma solution. Avec la sortie de cette nouvelle version de la framboise je me suis longtemps demandé si je devais franchir le pas pour migrer mon installation vers ce nouveau jouet. Je me suis finalement décidé et je partage aujourd’hui avec vous les raisons de ma migration et surtout comment la réaliser sans douleur.

RaspberryPi 2, des nouveautés bien cachées ?

D’apparence, il faudra être sacrément entrainé pour faire la différence entre les deux versions ! Ci-dessous une petite photo des deux générations : mon ancien RaspberryPi B+ et mon nouveau RaspberryPi 2 :

Saurez vous distinguer le Raspberrypi2 de son prédécesseur ?

Saurez vous distinguer le RaspberryPi2 de son prédécesseur ?

C’est en soit une bonne nouvelle : cela signifie que les accessoires comme les boitiers restent compatibles entre les différentes versions tout comme les différentes cartes d’extensions qui exploitent le port GPIO.

Un processeur multi-cœurs et 2 fois plus de RAM

Si la plupart des articles relatant la sortie de l’appareil se focalisent sur la quantité de RAM, qui a doublé, c’est personnellement le processeur qui m’a le plus intéressé : en passant d’un modèle simple coeur à un quad-core, le RaspberryPi est désormais capable de paralléliser de manière efficace plusieurs processus. Et ça c’est bon pour notre domotique et ses traitements parfois longs. En terme de puissance, on parle au final d’un processeur qui serait environ 6 fois plus véloce, ce qui ne fera pas de mal non plus même si Domoticz est très léger !

Une meilleure compatibilité logicielle

En changeant d’architecture (ARMv7 pour le RaspberryPi 2 contre ARMv6 pour ses prédécesseurs), c’est la compatibilité logicielle de la plateforme qui s’améliore. Petit fait notable, cette nouvelle version est désormais supportée par Windows mais une mouture bien spéciale du système Microsoft : Windows IoT. Si c’est un pas en avant n’espérez donc pas faire tourner votre suite Microsoft Office sur l’ordinateur à la framboise.

Au final si vous avez du mal à faire votre choix, voici un petit tableau qui récapitule les éléments différenciant de cette version avec son prédecesseur :

Migration de Domoticz sous Raspbian d’un RaspberryPi B+ vers un RaspberryPi 2

Si vous êtes intéressé par les nouvelles capacités de cette version du RaspberryPi, voici un petit pas à pas pour migrer en 30 minutes votre installation domotique d’un RaspberryPi B+ vers un RaspberryPi 2.

Etape 1/2 : Préparation de l’ancien système

Saisir les commandes suivantes depuis un terminal ou une connexion SSH (compter une trentaine de minutes max) :

A ce moment, votre système est à jour et prêt à basculer sur le RaspberryPi 2. Eteignez la bête en saisissant la commande suivante :

 Etape 2/2 : Mise en place du RaspberryPi 2

On arrive au moment crucial ! Les 2 RaspberryPis sont éteints, débrancher alors tout votre équipement du RaspberryPi B+ pour le brancher sur le RaspberryPi 2. Ne pas oublier la carte micro-sd ;)

Vous pouvez alors démarrer le bolide, tout devrait bien se passer. Lancez alors la commande de mise à jour suivante :

Et redémarrez ensuite avec cette commande :

Dernière étape facultative : si vous avez attribué une IP fixe à votre ancien RaspberryPi, il est peut-être nécessaire de mettre à jour celle-ci dans la configuration de votre box adsl/routeur pour ne pas avoir à changer tous vos marques-pages.

Au final, rien de sorcier vous voyez, et aucunement besoin d’être un as de la ligne de commande ! Merci de m’avoir lu et j’espère que ce petit tuto en aidera quelques uns. Comme d’habitude pour les questions je vous encourage à passer par les commentaires !


Il y a bientôt 1 an, je publiais un article du même genre pour installer la clef wifi TP-Link TL-WN725N sur un RaspberryPi de première génération. Avec la sortie du RaspberryPi v2, vous êtes de plus en plus nombreux à me réclamer une mise à jour de l’article d’origine.

J’ai mis le temps, mais voici donc un petit pas à pas pour installer cette clé sur votre ordinateur miniature flambant neuf !

Notez que si vous ne souhaitez pas vous prendre la tête avec ces histoires de pilotes, vous pouvez aussi opter pour un modèle de clé wifi supporté nativement par raspbian et le raspberrypi v2 comme la clé wifi Edimax EW-7811UN.

Pour que votre clé TP-Link TL-WN725N soit reconnue, il va falloir procéder en 2 étapes :

  1. Trouver la bonne version du pilote de la clé wifi
  2. Télécharger et installer le pilote

Comme pour la précédente version du RaspberryPi, il va falloir vous frotter à la ligne de commande pour installer le pilote, mais n’ayez crainte, je suis là pour aider :)

Etape 1/2 : Trouver la bonne version du pilote pour votre RaspberryPi 2

C’est là l’étape la plus délicate, en fait à chaque version de noyau linux correspond une version du pilote de la clef wifi. Il va donc falloir noter votre version du noyau linux pour trouver le pilote adéquat.

Pour ce faire, depuis un accès en ligne de commande sur votre raspberry pi 2, entrez la commande suivante : uname -a

Le résultat devrait s’afficher sous cette forme :

La partie qui nous intéresse est ici 3.18.11-v7+ #781. Attention chez vous cela sera certainement différent.

Une fois la version de votre noyau en poche, rendez-vous sur cette page pour y trouver le pilote associé. Par exemple dans mon cas : 8188eu-v7-20150406.tar.gz

Attention : sur la page du forum, il y a là les pilotes pour les deux générations de RaspberryPi, la 1 et la 2. Pour être sûr d’avoir le bon pilote, le nom du fichier doit contenir v7.

Etape 2/2 : Installer le pilote de la clé TP-Link sur le RaspberryPi 2

Pour cette phase, il faut que votre RasbperryPi 2 soit connecté à internet (par exemple avec un câble RJ45).

Entrez les commandes suivantes, en remplaçant bien entendu NOM_DU_FICHIER par celui que vous avez récupéré à la fin de l’étape 1 (dans mon cas 8188eu-v7-20150406.tar.gz).

Et voilà, au prochain démarrage, la clé devrait apparaître dans la liste de vos interfaces réseau (la liste est disponible en entrant la commande ifconfig).

Si jamais cela ne fonctionne pas, manifestez-vous dans les commentaire en donnant la version de votre noyau et le fichier de pilote téléchargé.


Si comme moi vous cherchiez une clef wifi compacte et pas chère pour votre RaspberryPi, vous avez peut-être choisi la clef TP-Link TL-WN725N que l’on trouve sans mal pour 5-7€ dans les bonnes crèmeries. Contrairement à d’autres clefs wifi que j’ai pu utiliser sur la même configuration, celle-ci n’est pas reconnue de manière « auto-magique ».

Voici donc comment résoudre le problème ! Rien de super compliqué mais cela nécessite quelques commandes dans le terminal, donc si cela vous effraie, peut-être serait-il plus sage de remplacer cette clef par un modèle plug and play, comme la Edimax EW-7811UN ! Pour les barbus, on va installer le driver de la clef TP-Link kivabien©, toute la difficulté va être de trouver lequel !

Note du 02/06/2015 : Si vous possédez un RaspberryPi V2, la méthode à suivre est un peu différente, vous trouverez les explications ici.

Les pré-requis

Comme je vous le disais en intro, pour suivre ce petit tutoriel, il faut :

  • avoir la clef wifi TL-WN725N V2 (il existe une V1 également mais à ma connaissance elle ne se vend plus)
  • être sur Raspbian
  • avoir un accès à un terminal (soit en direct, soit via SSH)
  • être connecté au net (sinon il vous faudra récupérer le driver depuis une machine connectée)

Un driver adapté à votre version du noyau

A chaque version du noyau linux correspond un driver différent pour cette clé wifi. Il va donc falloir trouver lequel ! Pour connaître votre version du noyau, il faut utiliser la commande uname -a

Dans l’exemple ci-dessus, on voit que j’ai la version 3.12.19+ #682, mais ce sera peut-être différent chez vous ! Notez au passage que la commande rpi-update permet de mettre votre RaspberryPi à jour. Je suis ainsi passé de 3.10.25+ à la version 3.12.19+.

Un utilisateur du forum du raspberrypi a pris le soin de compiler un driver pour chaque version du noyau. Suivez donc ce lien pour trouver le nom du fichier associé à votre version du noyau.

Dans mon cas, il s’agit donc du fichier 8188eu-20140509.tar.gz qui correspond à la version du noyau que j’ai (3.12.19+ #682).

Du coup sur votre RaspberryPi, vous aurez les commandes suivantes à entrer (n’oublier pas de remplacer NOM_DU_FICHIER par le nom du fichier correspondant à votre version du noyau).L’adresse de téléchargement du fichier sera la suivante : https://dl.dropboxusercontent.com/u/80256631/NOM_DU_FICHIER

Et voilà ! Au prochain démarrage, vous devriez voir apparaître la clef dans la liste de vos interfaces réseau (la liste s’affiche grâce à la commande ifconfig). Chez moi c’est le nom wlan0 qui lui est attribué.

Ensuite il n’y a plus qu’à configurer votre réseau wifi !