Mardi soir, comme beaucoup de mardis, je tentais de conquérir le monde j’allais au l@bx (le hackerspace de notre belle ville de Bordeaux) quand je suis tombé sur une benne d’où dépassait un boitier blanc arborant un logo caractéristique : une Time Caspsule d’Apple de première génération.

La Time Capsule est un périphérique original, une sorte de mariage entre un routeur et un NAS. Cet objet permet aux utilisateurs de périphériques Apple de faire des sauvegardes automatiques de leurs appareils (voir le discours marketing).

 

Mais pourquoi jeter une Time Capsule ?

Sûrement parce qu’elle est en panne. Mais en panne ça veut dire quoi ? Le disque dur a été récupéré, visiblement le problème ne venait pas de là. Etant donné qu’à cet instant j’ai tout « le reste » entre les mains, la panne doit affecter ce que j’ai devant moi.
La time capsule ouverte ! On distingue le disque dur sur la partie supérieur, la carte mère (en bleu) et l'alimentation (sous le plastique transparent)

Une Time Capsule ouverte ! On distingue le disque dur sur la partie supérieure, la carte mère (en bleu) et l’alimentation (sous le plastique transparent)

 

Pile ou face

Dans cette carcasse de Time Capsule il y a 2 parties bien distinctes. La carte mère, avec ses composants microscopiques, et l’alimentation protégée par un emballage fait de plastique plus ou moins souple. Si la panne vient de la carte mère c’est cuit : la taille des composants et la complexité du circuit m’empêcheront d’aller plus loin. Alors, au culot, j’arrache la protection de l’alimentation pour pouvoir jeter un œil à ses composants « à taille humaine ».
L'alimentation, débarrassée de sa protection

L’alimentation, débarrassée de sa protection

NDR : Toutes mes excuses pour la qualité des photos, je n’avais pas spécialement prévu cet « épisode » et j’ai donc dû me contenter de mon smartphone pour témoigner de mes avancées !

Un condensateur bombé est un condensateur mort.

Si vous ne deviez retenir qu’une chose de cet article, la voici : un condensateur dont la tête est bombée, voire pire, qui fuit, est un condensateur mort. Et c’est justement le cas de deux condensateurs sur cette alimentation.
Les deux condensateurs noirs sont HS (leur tête est bombée et il y en a même un qui fuit)

Les deux condensateurs noirs sont HS (leur tête est bombée et il y en a même un qui fuit)

Même capacité, et tension égale ou supérieure.

Me voici parti pour remplacer ces condensateurs, pour le sport ! Pour choisir un remplaçant d’un condensateur, il faut en trouver un de même capacité (unité : le Farad, F) et supportant une tension égale ou supérieure (exprimée en Volt, V). Dans le cas présent, mes condensateurs portent les valeurs suivantes : 1500µF et 6.3V. Après 10 minutes de recherches dans cette caverne d’alibaba qu’est le hacklab, j’ai réussi à mettre la main sur une carte mère de PC HS qui comporte plusieurs condensateurs « 1500µF / 6.3V », soit exactement les mêmes caractéristiques que mes composants malades.
Il sont beaux, ils sont neufs, voici nos condensateurs de remplacement !

Il sont beaux, ils sont neufs, voici nos condensateurs de remplacement !

 

Remplacement

C’est parti ! Je dessoude les condensateurs malades, puis ceux qui m’intéressent sur la carte mère de PC. A ce moment je me rends compte que je vais avoir un petit souci… Les pattes des condensateurs à remplacer avoisinent les 12mm de long, là où mes condensateurs sains s’arrêtent à 4mm. Il va me falloir faire des « rallonges ».
C'est pas très beau on est d'accord... Mais ça fait le job !

Les rallonges en question. C’est pas très beau on est d’accord…  Mais ça fait le job !

On soude les condensateurs sains.
Nos condensateurs sont prêt à reprendre du service !

Nos condensateurs sont prêts à reprendre du service !

On repositionne tant bien que mal le tout (Note pour plus tard : si c’était à refaire je mettrais des fils 5mm plus longs pour pouvoir caler les condensateurs bien à plat).
Là aussi c'est pas super clean... mais ça ne bouge pas.

Là aussi c’est pas super clean… mais ça ne bouge pas.

 

Moment critique

Ayant réduit en miettes la protection plastique de l’alimentation, j’emballe celle-ci avec un, très esthétique (n’est-ce pas), ruban adhésif orange, avant de la replacer dans son logement.
Histoire de se prendre une belle châtaigne...

Histoire de pas se prendre une belle châtaigne…

On replace l'alimentation à sa place et on rebranche les connecteurs

On replace l’alimentation à sa place et on rebranche les connecteurs

Je branche, et… ça démarre ! Après installation des outils adéquats sur mon PC, j’ai pu mettre à jour la Time Capsule et la configurer. Il ne manque plus qu’un disque dur dans la bête pour qu’elle retrouve toutes ses fonctions !

 

Une erreur de conception

Après quelques recherches, je me suis rendu compte que ce problème d’alimentation défaillante était très courant sur cette génération de Time Capsule (un site a même existé pour recenser les Time Capsule mortes ainsi). La faute à une erreur de conception : cet objet, très esthétique ne comporte aucune bouche d’aération, le refroidissement s’effectuant par convection.
Autant dire qu’avec une alimentation, un disque et une carte mère entassés dans un si petit boitier, ça chauffe ! L’alimentation étant la pièce la plus fragile face à la chaleur, c’est elle qui souffre le plus de ces hautes températures. Et si la Time Capsule possède bien un ventilateur, celui-ci ne se déclenche qu’en cas d’arrêt d’urgence lié à une surchauffe !

 

A chacun sa réparation

Plusieurs internautes ont constaté ces problèmes et j’ai vu ça et là diverses mises en œuvre  pour combler cette défaillance, notamment en créant (de manière plus ou moins esthétique) une aération, ainsi qu’en forçant le ventilateur interne à tourner en continu comme ici ou .

 

Et si je ne suis pas le seul à avoir opté pour un remplacement des condensateurs, d’autres sont partis sur des remèdes un peu plus extrêmes, supprimant l’alimentation interne ! En remplaçant cette dernière par une alimentation de PC ou de disque dur externe, ces hackers auront également contourné le problème de surchauffe (l’alim devenant externe ne réchauffe plus l’intérieur de la capsule). Au final, il n’y a pas qu’une seule manière de réparer cette petite bête, donc la prochaine fois… ne la jetez pas :)

 

Un beau boitier pour mon RaspberryPi
C’est la première réflexion qui m’est venue quand j’ai trouvé cette Time Capsule… Un de mes amis, Axel, souhaitait se monter une passerelle multimédia pour sa TV, et ce boitier me semblait parfait pour abriter un RaspberryPi et son disque dur. D’ailleurs plus tard, je suis tombé sur cet instructable qui présente un projet dans le même esprit

Voilà un petit moment que je n’ai pas écrit sur le blog, par faute de temps surtout, mais peut-être un peu aussi par manque de motivation :( Ces derniers mois ont été riches en évènements et projets en tous genres pour moi, donc aujourd’hui je suis de retour pour vous en faire partager quelques uns !

Histoire de redémarrer sur de bonnes bases, j’ai changé le design du site et remis certaines pages un peu plus au goût du jour :) Comme d’habitude, si vous avez des sujets qui vous intriguent n’hésitez pas à m’en toucher deux mots, j’essaierai de rebondir sur vos questions !

Ces derniers temps je me suis pas mal intéressé à l’électronique et à la domotique. Pour arriver à faire des trucs sympa je me suis naturellement tourné vers les deux stars du moment : le RaspberryPi et l’Arduino ! Deux plateformes « low cost » mais très puissantes avec chacune leur domaine d’application. Si vous lisez le blog vous vous souvenez peut-être du RaspberryPi, cet ordinateur de la taille d’une carte bleue à 35€ ! J’en avais fais la présentation il y a quelques mois.

Pour ce qui est de l’Arduino, visuellement ça se présente comme une petite carte électronique (encore plus petite que le RaspberryPi) et son intérêt est de pouvoir dialoguer facilement avec le monde extérieur. On peut ainsi lui adjoindre des capteurs de toutes sortes (luminosité, température, proximité…) pour prendre connaissance de l’environnement mais aussi agir sur le monde extérieur (allumer une led, piloter un moteur…). Niveau prix comptez entre 15€ et 25€ la carte toute prête, moins cher encore si vous êtes un ninja du fer à souder !

Un Arduino (à gauche) et un RaspberryPi (à droite) comparé à un stylo

Un Arduino (à gauche) et un RaspberryPi (à droite) comparé à un stylo

Les possibilités sont infinies et donc j’apprends doucement à maîtriser ces bêtes ! Autant vous dire que ce n’est pas triste !

Si ces sujets vous intéressent, je ne saurais que trop vous conseiller de vous rapprocher d’un HackLab. Bordeaux a le sien, le l@bx, où j’aime aller régulièrement :) J’y ai trouvé des gens très intéressants et ouverts d’esprit, exactement ce qu’il me fallait pour me motiver dans mes projets et m’aiguiller quand parfois je rencontre un os ! Et pour les citadins qui comme moi, habitent en appartement, ce genre d’endroit permet également de partager du matériel (établis, oscilloscope, fer à souder, dremel etc…) qui ne pourraient avoir leur place à la maison.

Logo du l@bx : le hacklab de Bordeaux

Logo du l@bx : le hacklab de Bordeaux

Bref, sans faire de spoiler, je vous prépare quelques articles qui tirent profit de ces deux plateformes et qui traiteront de sujet comme le suivi de votre consommation d’énergie, la domotique en appartement, comment jardiner quand on est geek etc etc… Tout un programme en perspective !