Un NAS 4 baies de qualité et évolutif pour 250€

Il y a près de 3 ans désormais, je décidais de monter un NAS, ces fameux serveurs domestiques qui permettent de centraliser photos, musiques et vidéos au sein d’un foyer. 35 mois plus tard, la bête rendait l’âme, refusant de démarrer. Il me fallait donc lui trouver un successeur, et surtout récupérer mes données ! L’article d’aujourd’hui va parler de son remplaçant, performant et bon marché, sans pour autant faire l’impasse sur la qualité.

Les critères : 4 baies en conservant un volume compact.

Même si je n’utilisais que 2 disques à l’heure actuelle, je souhaitais trouver un appareil capable de contenir 4 disques de données. Devant l’installer dans mon meuble TV, j’avais également des contraintes en terme de volume à respecter.

NAS assemblés à partir de composant de PC ou NAS du commerce ?

Concrètement, si vous souhaitez vous équiper, il y a habituellement 2 options possibles : acheter un NAS clé en main prêt à fonctionner ou assembler un NAS à partir de composants de PC. Evidemment, chaque option à ses avantages et inconvénients :

  • Acheter un nas du commerce : c’est assez cher mais on a une machine prête à l’utilisation, compacte et économe en énergie. C’est la solution « anti-prise de tête » par excellence.
  • Assembler un NAS à partir de composants de PC : c’est plus économique, permet d’avoir une machine performante mais nécessitera du temps pour le montage et la configuration initiale. L’encombrement et la consommation électrique sont également souvent plus importants que pour un NAS plug n play.
Un bon NAS du commerce capable de gérer 4 disques : le Synology DS 415 Play.

Un bon NAS du commerce capable de gérer 4 disques : le Synology DS 415 Play.

Si vous vous essayez au jeu de chercher un NAS du commerce, et de le comparer à un équivalent « assemblé » maison, vous allez faire rapidement 2 constats : un NAS 4 baies coûte cher, et surtout si vous optez pour un modèle prêt à l’emploi ! Globalement il est difficile de trouver des modèles récents à moins de 400€. L’alternative, consistant à assembler votre NAS vous permettra d’économiser quelques euros au prix d’un peu plus de travail. Voici un exemple de configuration possible pour avoir une machine compacte, silencieuse, et surtout capable d’accueillir et gérer 4 disques :

On arrive ici aux alentours de 225€, bien moins cher donc mais en plus de devoir assembler la machine, il faudra ensuite installer son système. Rien de rédhibitoire rassurez vous mais entre le montage et l’installation, cela demande tout de même un peu de temps.

fractal-node-304px

Un exemple de configuration possible avec le boitier Fractal Node 304 qui rappelle étrangement certains NAS Synology.

Le compromis : détourner un serveur professionnel pour en faire un NAS

Si j’ai écris cet article, c’est surtout pour vous proposer une 3ème solution, peu commune, mais qui m’est apparu comme très intéressante : convertir un serveur d’entreprise en NAS !

Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce que la machine que je vous propose a un tarif raisonnable, avec un degré de finition impressionnant, et surtout qui permet de combiner les avantages des 2 solutions précédemment citées : vous aurez une machine de qualité assemblée, sur laquelle il ne restera plus qu’à installer le système d’exploitation.

Et si en montant une machine « sur mesure » vous pouvez vous inquiéter du support de vos composants sélectionnés par la distribution de votre choix, cette prise de tête disparait avec la machine que j’ai dégotée pour vous : très populaire pour sa conversion en NAS, les systèmes connus sont parfaitement compatibles avec son matériel.

Présentation du HP Proliant MicroServer Gen8.

Le nom de la machine qui m’a séduite : HP Proliant Microserver Gen8. Pas très poétique mais ça n’est pas bien grave pour mon usage ! Voyons la bête de plus près.

Le HP Proliant Microserver Gen 8 vu de face.

Le HP Proliant Microserver Gen 8 vu de face.

Vue de l’extérieur : une machine compacte et bien construite.

Avec des dimensions de 23 x 24.5 x 23.2cm, la machine est compacte et respire la qualité. Ses 8kg sur la balance vous font comprendre rien qu’en la soulevant que l’on a affaire à du matériel professionnel. Niveau connectique, n’espérez pas trouver des ports HDMI ou une sortie son de l’espace : on trouve le strict minimum pour l’usage qui nous intéresse : 6 prises USB (dont 2 USB3), une prise VGA et trois prises RJ45. Caractéristique qui m’a beaucoup plu pour cet usage de NAS : le microserver HP Proliant Gen8 comporte 4 baies rackables pour disques dur 3.5 pouces accessibles derrière une porte intégrée sur la façade de la machine. Voyez ce que cela donne en images :

Les 4 baies 3.5 pouces de la façade respirent la qualité.

Vue de face, les 4 baies 3.5 pouces de la façade respirent la qualité.

A l'arrière pas de fioriture. Le strict minimum pour brancher un écran et quelques périphériques USB.

A l’arrière pas de fioriture. Le strict minimum pour brancher un écran et quelques périphériques USB.

Vue de l’intérieur : des composants de PC agencés au millimètre.

A l’intérieur, on retrouve des composants standards et remplaçables qui permettront d’améliorer la configuration ou tout simplement de changer une pièce défectueuse si besoin. Niveau performance, sans être un foudre de guerre, le HP Gen 8 est pourtant bien au-dessus de ce que l’on trouverais sur un NAS du commerce. Pour moi qui l’utilise comme serveur de fichiers, je ne vois jamais le taux d’occupation du processeur dépasser les 5% quelque soit l’usage.

Pour les amoureux des fiches techniques, voici la configuration de base :

  • Processeur : Intel Celeron G1610T Dual Core cadencé à 2,3Ghz (35W de TDP, socket LGA1155)
  • RAM : 4 Go DDR3 ECC (2 slots DDR3 sont utilisables)
  • 4 Baies rackables 3,5 pouces
  • 1 baie pour lecteur optique slim
  • Ports externes : 4 USB2 (dont 2 en façade), 2USB3, 2 RJ45, 1 RJ45 (pour HP iLO),

Parmi les entrailles du serveur HP Gen8, il y a 2 éléments inhabituels mais qui me sont apparus bien pratique pour cet usage de NAS : un port USB interne et un slot pour microSD. Utile pour installer éventuellement son système d’exploitation sur une clé USB ou une carte mémoire qui ne soit pas accessible de l’extérieur du boîtier.

Sur la gauche vous voyez le slot MicroSD et le port USB interne. A droite en bleu, un cinquième port SATA pour rajouter un disque supplémentaire.

Sur la gauche vous voyez le slot MicroSD et le port USB interne. A droite en bleu, un cinquième port SATA pour rajouter un disque supplémentaire.

Choisir le système d’exploitation de ce nouveau NAS

Si le HP Gen 8 est une réponse intéressante en terme de matériel, il reste à choisir le logiciel pour animer tout ça. Dans un logique de monter un système fiable et peu couteux, j’ai choisi de vous présenter 3 systèmes d’exploitations linux particulièrement adaptés à cet usage.

Voici donc mes 3 challengers : Nas4Free, OpenMediaVault et XPEnology. Ce ne sont pas les seuls qui existent mais ils certainement parmi les plus connus dans cette catégorie !

Nas4Free

Nas4Free est le plus vieux des 3 systèmes, et est réputé pour sa stabilité/fiabilité/vitesse. Basé sur une distribution FreeBSD, vous pouvez être serein sur la stabilité de la bête. Avantage majeur pour moi : le système peut-être installé sur une clef USB ou une carte microSD (le système est ensuite chargé en RAM au démarrage, ce qui permet d’avoir une machine ultra-réactive) et il est très peu gourmand en terme de ressources. Le revers de la médaille : je trouve plus compliqué de customiser le système et j’ai l’impression que cela fait appel à des connaissances plus poussées quand on veut « sortir du cadre ». Après si seul les aspects « basiques » d’un NAS vous intéresse, Nas4Free est une super solution. A noter : le système est gratuit et open-source. Il évolue assez régulièrement.

NAS4Free : Une interface austère mais efficace.

NAS4Free : Une interface austère mais efficace.

XPEnology

On pourrait l’appeler le « Synology du pauvre » car il s’agit ni plus ni moins que d’installer sur votre HP Proliant le système embarqué habituellement sur les NAS synology. Avec XPEnology, vous aurez donc la sensation d’avoir un NAS synology 4 baies, et quand on voit le prix de ces machines, forcément c’est intéressant. Cela permet également de bénéficier de tous les addons existant pour les NAS Synology, donc autant dire que si vous êtes fâchés avec la ligne de commande, cela pourrait être un bon choix. Autre avantage, ce système ne nécessite pas de disque indépendant pour fonctionner : il suffit d’une clé USB d’amorçage, le système est ensuite installé sur une petite portion de chacun de vos disques de stockage.

Après tout n’est pas rose et il faut tout de même avoir quelques inconvénients en tête. Cette solution est complètement non officielle, et chaque mise à jour peut causer des soucis sur votre système (le hardware du HP proliant n’étant pas tout à fait le même que celui qui équipe les NAS Synology). Attention donc si vous hébergez des données qui vous sont chères sur votre NAS.

XPEnology : une interface bien léchée qui permet de tout faire en quelques clics.

XPEnology : une interface bien léchée qui permet de tout faire en quelques clics.

OpenMediaVault

C’est mon chouchou (mais je comprends si ça n’est pas le vôtre;). Basé sur Debian et fondé par un ancien de FreeNAS, OpenMediaVault est une solution également libre et gratuite qui me donne entièrement satisfaction depuis plusieurs années maintenant. Dotée d’une belle interface web pour les manipulations classiques d’un NAS, elle permet aussi de bénéficier de toute la puissance de Debian en ligne de commande pour les utilisateurs confirmés. Avantage direct : on peut facilement customiser l’OS en utilisant des paquets debian et/ou Ubuntu. Si je devais citer un inconvénient d’OpenMediaVault ce serait le suivant : OpenMediaVault nécessite d’être installé sur un disque dédié (pas possible à ma connaissance de l’installer sur une clé USB ou une carte microSD). Si vous ne voulez pas sacrifier un des 4 disques de la « façade » pour y installer cet OS, il faudra comme je l’ai fait ajouter un disque dur au format 2,5 pouces (ou un SSD) dans l’emplacement du lecteur optique du HP Gen 8.
Une démo de l’interface est disponible ici : http://demo.omv-extras.org/ (ce n’est pas très rapide, et tout ne marche pas, mais ça vous donnera une idée du système).

OpenMediaVault : le compromis entre NAS4Free et XPEnology.

OpenMediaVault : le compromis entre NAS4Free et XPEnology.

A vous de jouer

Vous en savez maintenant un peu plus sur cette belle machine qu’est le microserver HP Gen 8. Je l’ai installée il y a environ 4 mois chez moi avec OpenMediaVault et l’ensemble tourne comme une horloge de manière ininterrompue depuis 118 jours au moment où j’écris ces lignes.

Pour moi qui stressais à l’idée de perdre les données stockées sur mon ancien NAS, j’ai été agréablement surpris de voir qu’OpenMediaVault a reconnu sans sourciller mes disques de données avec tout leur contenu (alors que le matériel est différent et ainsi que la version d’OpenMediaVault).

Bref, si vous cherchez une machine de bonne qualité, compacte, économe en énergie et bien reconnu par les systèmes existants vous savez que le microserver de chez HP est un bon candidat ! On le trouve sans trop de mal entre 200€ et 250€ avec 2 à 4Go de RAM chez Amazon et les autres marchands habituels.

Les possibilités de cette petite machine étant nombreuses il me faudrait bien plus d’un article pour en faire le tour ! J’essaierai de vous écrire un ou deux articles supplémentaires sur la machine pour en améliorer les performances et/ou installer OpenMediaVault dessus !

52 commentaires

  1. Re-bonjour,
    J’ai une autre question, technique.
    Sur mon DS1515+ j’ai fait de la répartition de charge sur les 4 cartes réseau, créant un bond avec une bande passante de 4Gb/s. Je sais qu’il n’y a que deux port RJ45 sur le MicroServer Gen8, mais est-il au moins possible de faire la même chose sur deux cartes réseau, pour obtenir 2Gb/s de bande passante maximale ?

    Merci.

  2. @LolYangccool: à quoi est-ce que ca d’avoir une bande passante de 4 Gbps sur ton serveur alors que les réseaux domestiques sont limités à 1 Gbps et les cartes réseaux des portables, PC, STB… aussi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *